4 reality check sur ton classement de cheer

Publié: août 12, 2017 dans Cheerleading

RealityCheck

La saison de compétition commence et j’entends plusieurs athlètes (et parents) déçus de leur classement.  Chaque fois je me demande, mais pourquoi est-ce que ce classement est une si grande surprise ou une si grande déception pour eux?  C’est pourtant si prévisible ou presque…

Voici donc quelques indices qui vont vous permettre d’avoir des attentes plus réalistes et de garder les pieds sur terre, même si vous êtes voltige!.

Réalité #1: Le cheer c’est pas comme l’école

Très rare sont les personnes qui augmentent de niveau à chaque année.  Don’t get me wrong… it happens, mais selon mon expérience c’est TRÈS loin d’être la majorité des athlètes et de plus, si ça arrive, habituellement ce sont des athlètes qui arrivent avec un background d’un autre sport, habituellement compétitif.LevelUp

Rester dans le même niveau CE N’EST PAS REDOUBLER!  Pouvez-vous svp vous enlever ça de la tête.  En général, la première année dans un niveau c’est l’année où tu apprends les techniques, la deuxième année tu les perfectionnes et la troisième année tu es probablement maître dans ton niveau.

Mais ça ne fonctionne pas comme : 1ère année de cheer = niveau 1, deuxième année de cheer = niveau 2.  Pas du tout!

Alors est-ce vraiment une grande surprise que tu n’aies pas passé au niveau supérieur?

ATTENTION: ceci est une généralisation!  Certains athlètes resteront dans le niveau 1, 2 et 4.2 toute leur vie et d’autres feront une progression jusqu’au niveau mondial en quelques années.  Mais je parle de la majorité.

Réalité #2: Si tu n’as pas le tumbling, tu n’es pas de niveau

Oui c’est vrai que dans chaque équipe, il y a quelques filles qui n’ont pas le tumbling requis… CE N’EST PAS LA MAJORITÉ… en fait ce n’est pas LA PLUPART (75%).  Surtout dans les niveaux les plus bas.  Si tu n’as pas ton tumbling de niveau, tu es donc l’exception.  Et c’est là que vous vous faites de trop gros espoir.  J’ai rarement vu un entraîneur/gym owner dire: « ha! elle a rondade/flic/back, mais on va la mettre dans le niveau 2 ».  Et je parle pas de cross-over ici.

75Alors si tu n’as pas la gym de niveau et que tu n’es pas classé dans le niveau que tu veux, est-ce vraiment une si grande surprise? Sérieusement?  Tu peux être la meilleure « stunteuse » du monde, les personnes avec la gym de niveau passeront toujours en avant.  Tu peux crier à l’injustice, pleurer les larmes de ton corps, faire sauter la planète, crier que tu as plus d’ancienneté… ça changera rien.  C’est la réalité de notre sport.

Et par gym de niveau je veux dire:

  • Niveau 1: Renversement arrière, avant, roue, rondade
  • Niveau 2: Rondade-flic, flic à l’arrêt (Non! Plongeon ça compte pas)
  • Niveau 3: Rondade-flic-back, flic-flic à l’arrêt (Punch Front et Roue sans main un atout)
  • Niveau 4: Rondade-Flic-Layout, Flic-Flic-Back, Back à l’arrêt
  • Niveau 5: Rondade-flic-vrille, toe-touch-back

Et ceci n’est pas une liste parmi laquelle tu choisis, c’est une liste des mouvements minimums à avoir.

Oui vous pouvez être l’exception (moins de 25%), mais qu’allez-vous en retirer vraiment?  Lisez mon article: Être absorbé c’est juste bon pour l’égo.  Alors soit réaliste envers toi-même, quels sont les mouvements que tu MAÎTRISES (Non! te faire spotter ça ne veut pas dire maîtriser, Non! sur le tumble track ou sur le trampoline ça ne veut pas dire maîtrisé.)

Réalité #3: L’été tu progresses ou tu régresses

Si tu penses que le cheer c’est juste un sport de septembre à mai et que l’été tu prends un Sunbreak… News flash… ta progression sera beaucoup plus lente ou neutre.  Ou encore, si tu as une poussée de croissance (entre 9 et 15 ans habituellement), il se peut très bien que quand tu retournes au gym et que tu ne sois plus capable de faire ce que tu faisais avant, et/ou que ta flexibilité ait magiquement disparue…

Je ne parle pas ici d’une petite pause santé pour récupérer et soigner les blessures de la saison passée.  Je parle de 4 semaines ou plus sans entraînement.

Alors quand tu arrives aux évaluations, que ça fait des semaines que tu ne t’es pas entraîné, que les mouvements que tu espérais faire ne sont pas au rendez-vous, est-ce vraiment une grande surprise?

Réalité #4: Les efforts payent, mais pas tout le temps au moment qu’on veut

Des fois, on travaille fort, on fait tout ce qu’on peut.  On va au gym, on s’entraîne, on est assidu, on prend des privés, on va dans les opens gym, on écoute les coaches, on focusse sur notre objectif… et des fois… ça n’arrive juste pas à temps.  On a l’espoir de faire le niveau supérieur, mais le corps a juste pas l’air de vouloir… Ça arrive…effortsuccess

Et il ne faut pas se décourager, car une chose est sûre.  Ça va marcher UN JOUR.  Peut-être que la date butoir qu’on avait prévue (habituellement la date des évaluations) on n’y arrive pas, mais il ne faut pas se décourager.  Il faut continuer.  Life is not a destination, it’s a journey.  Version cheer: Level is not a destination, it’s a journey 🙂

Travaillez-fort, bonne saison à tous!

 

Publicités
commentaires
  1. […] 4 reality check sur ton classement de cheer […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s